Canyoning Verdon, Canyoning Castellane, Rafting Verdon

Canyoning ? Rafting ? :

Canyon Riolan

Le canyoning verdon ou canyonisme verdon est une activité de pleine nature apparentée à la spéléologie, et aux sports d'eaux vives.

Le canyoning consiste à progresser dans le lit de cours d'eau dont le débit va de faible (parfois nul pour les « canyons secs ») à important, dans des portions ou ceux-ci cheminent dans des gorges ou des ravins étroits, avec des cascades de hauteurs variées (max 350 m en France métropolitaine).

On utilise aussi le terme anglais canyoning, mais les fédérations sportives qui gèrent cette activité préfèrent les termes à consonance française comme canyonisme ou descente de canyon. En 1988 la Fédération française de spéléologie parlait même de Spéléologie à ciel ouvert.

Le plus souvent, la progression suit le lit du ruisseau et le sens d'écoulement de l'eau. Elle s'effectue principalement à pied, mais également à la nage ou en utilisant les techniques de progression sur corde couramment utilisées en spéléologie, en particulier la descente en rappel.

Les parcours ne présentant pas de difficultés vis-à-vis de la verticalité sont dénommés randonnées aquatiques. Par fort débit, ils nécessitent une bonne maîtrise de la nage en eau vive. La progression dans les ravins barrés de nombreuses cascades impose de maîtriser les manœuvres de cordes (principalement la technique du rappel). Le canyoning est donc une discipline spécifique qui demande une bonne expérience et diverses connaissances et compétences pour être pratiquée en toute sécurité.

Le canyoning ludique (en général un parcours avec peu ou pas de passages verticaux de grande hauteur), consistant en une succession de sauts et de toboggans, tel qu'il apparaît dans de nombreux reportages, ne représente qu'une partie de l'activité Canyoning Verdon.

Rafting

Le rafting est un sport qui consiste à naviguer sur des sections de rivière comportant des rapides, à bord d'un raft, manié soit à la pagaie par plusieurs équipiers, soit à l'aviron par un seul individu.

Le rafting, en tant qu'activité récréative commerciale, a vu le jour sur le fleuve Colorado aux États-Unis, dans les années 1950.

On peut maintenant faire du rafting sur tous les continents.

Kayak

Les kayaks ont été élaborés par les peuples autochtones des régions arctiques (Inuits), qui utilisaient ces canots pour la pêche et la chasse sur les côtes de l'océan Arctique, l'Atlantique Nord, la Mer de Béring et le Pacifique Nord. Les kayaks sont vieux d'au moins 4 000 ans, d'après les plus vieux kayaks conservés au Musée d'ethnologie de Munich. La plupart des peuples Inuits, des îles Aléoutiennes jusqu'au Groenland s’appuyaient sur le kayak pour la chasse de proies variées - principalement des phoques, mais aussi des baleines, des ours et des caribous dans certains territoires.

Formes traditionnelles

Selon les époques, les régions et les usages, les embarcations évoluaient. Les kayaks traditionnels peuvent par exemple être distingués en trois types :

- le baidarka de la mer de l'Alaska et des Aléoutiennes, d'architecture la plus ancienne, avec une forme arrondie et de nombreux bouchains. Avec un cockpit double ou triple, il était destiné à la chasse et au transport de passagers ou de marchandises.

- le qajaq du Groenland Ouest, avec une forme plus angulaire et moins de bouchains, ayant des plats-bords débutant à la proue et la poupe

- le qajaq du Groenland Est, qui ressemble au Groenland Ouest, mais s'intègre souvent plus étroitement avec le pagayeur et possèdent un angle plus raide entre le plat-bord et la tige, ce qui confère une meilleure maniabilité. Les autochtones de l'Arctique utilisaient également l‘umiak, un grand canot en bois (ou os de baleine) et peau de phoque, destiné au transport de marchandise, au voyage des femmes et enfants, et à la chasse à la baleine. Il était à l'origine propulsé avec des pagaies simples, généralement par plusieurs pagayeurs.

La pratique récréative du kayak débute très lentement au XXe siècle en Europe et en Amérique du Nord, peut-être en raison d'une difficulté de construction. Une embarcation comme la périssoire française (en vogue de 1900 à 1960) dérive peut-être du kayak.

À partir des années 1970, avec les premiers kayaks fermés en plastique roto moulé, cette embarcation commence à avoir un net succès, notamment en France. Bien que le kayak traditionnel était dédié à la navigation en mer, les constructions modernes et la pratique du kayak à cette époque sont essentiellement destinées à la navigation en eaux vives. Le kayak, embarcation solide, courte et pontée permet une navigation dans des rivières jusqu'alors inaccessibles aux barques et canoës. Cette pratique plus extrême attire les jeunes pratiquants. De même sur les lacs et rivières calmes, le kayak séduit les débutants car il s'avère plus maniable, plus léger et moins couteux que le canoë, et il permet la pratique en solo. À partir des années 1990 débute un engouement pour le kayak de mer, qui ouvre une nouvelle pratique du kayak loisir et propose une découverte facile de la navigation et de l'espace marins.

Matériaux et constructions modernes

Le kayak polaire de chasse a inspiré la construction de kayaks qui naviguent sous toutes les latitudes et dans toutes les eaux salées ou douces du monde. Il en existe en toile imperméabilisée tendue sur ossature rigide éventuellement démontable, en contreplaqué de bois, en stratifié de diverses résines et matières plastiques actuelles. Les formes se sont diversifiées pour s’adapter à de nombreuses spécialités sportives, de jeux aquatiques et de loisirs.

Les kayaks contemporains dérivent principalement des kayaks de l'Alaska, du nord du Canada, et du sud-ouest du Groenland. Les kayaks entièrement en bois, ou les kayaks démontables en tissu sur une structure en bois (comme le Klepper) ont dominé le marché jusqu'aux années 1950, jusqu'à l'introduction aux États-Unis de kayaks en fibre de verre, et l'introduction en Europe de kayaks gonflables en tissu caoutchouté. Les premiers kayaks en plastique roto moulé apparaissent en 1973. Le développement de kayak en plastique et de kayaks gonflables a sans doute initié le développement récent de la pratique du kayak free-style, telle que nous la connaissons aujourd'hui, ces bateaux pouvant être plus petits et plus résistants que les bateaux en fibre de verre.

Aujourd'hui les kayaks de compétition comme de plaisance sont construits avec des matériaux modernes, même si le bois est toujours apprécié pour sa beauté et sa légèreté. On utilise la fibre de verre, le kevlar et le carbone pour construire des kayaks solides et légers. Des mélanges ipoxyque ou de polyester sont utilisés pour solidifier les matériaux. Un stuc de couleur sera souvent appliqué pour donner une belle couleur à l'embarcation. De plus, il n'y a pas seulement les matériaux qui ont changé avec le temps, mais aussi la forme des kayaks.

Embarquement et débarquement.

Pour embarquer et débarquer sans tomber à l'eau, il faut garder à l'esprit deux choses.

Premièrement, on veillera à réduire au maximum l'écartement des mains afin de limiter la force nécessaire à empêcher l'écartement du bateau du point d'appui sur la berge. Deuxièmement, il faut savoir qu'on peut mettre tout son poids au centre du bateau sans qu'il ne vacille mais qu'un seul doigt posé sur le bord latéral, au milieu du bateau, peut suffire à faire chavirer la plupart des kayaks. Sachant cela, on procèdera comme suit:

1. poser sa pagaie à côté de soi; éventuellement, relever l'arrière de son pontage (ou « jupe »);

2. sur un ponton, s'asseoir avec une fesse dans le vide, la main « externe » derrière celle-ci le plus au bord possible (limitation de l'écartement des appuis);

3. agripper de l'autre main l'hiloire bien au centre, sur l'axe longitudinal du bateau avec le pouce sur le côté et les autres doigts vers la pointe avant dans le trou d'homme;

4. s'asseoir sur cette main en contrôlant l'écartement du bateau;

5. rentrer d'abord la jambe vers le kayak tendue puis l'autre, tendue également;

6. rentrer les fesses en dernier

7. éventuellement attacher son pontage en commençant par le caler à l'arrière de l'hiloire, puis à l'avant en terminant par les côtés sans oublier de laisser sortir la poignée avant pour pouvoir l'ôter plus facilement.

Le débarquement consiste à opérer toutes ces opérations dans l'ordre opposé.

Erreurs courantes:

- s'appuyer sur le bord du kayak (rotation longitudinale du kayak);

- laisser s'écarter le kayak du bord par manque de force ou mauvais placement des appuis (mains et fesses);

- à l'embarquement, vouloir s'asseoir avant d'avoir introduit ses jambes tendues ce qui occasionne soit un blocage, soit un frottement désagréable des tibias et des genoux sur l'avant de l'hiloire;

- au débarquement, vouloir sortir les jambes fléchies avant les fesses (corollaire du point précédent).

Normalement, on embarque pointe avant vers le courant pour entamer la descente par une reprise de courant qui consiste à laisser la pointe avant être prise dans le courant, ce qui fait pivoter le kayak dans le sens du courant.

Canyon Riolan

Les hommes ont fréquenté les grottes depuis la préhistoire pour le refuge qu’elles leur offraient.

La curiosité de certains scientifiques pour le milieu souterrain a commencé à exister à partir du XVIIIe siècle, jusqu’à E.-A. Martel, père fondateur de la spéléologie moderne en 1888.

La curiosité s’est alors transformée en véritable science.

L’étude de la genèse des cavités, des roches, de la circulation de l’eau dans les terrains, de la faune cavernicole, la topographie, l’archéologie, la protection de l’environnement et bien d’autres encore, sont toutes les disciplines rencontrées sous terre.

L’histoire de la spéléologie a donc une forte connotation scientifique initiale. Mais elle n’est pas que cela.

Pour observer ce milieu si particulier, il faut parcourir des galeries accidentées et des rivières, escalader, descendre et remonter des puits, traverser des passages étroits, manipuler des cordes et des mousquetons, acquérir des techniques de progression en sécurité. La discipline demande alors des efforts physiques, souvent intenses et longs. Le caractère scientifique initial est alors complété par le caractère sportif voire ludique de l’activité, sans jamais oublier un solide esprit d’équipe.

Nul ne se plaindra d’associer l’utile à l’agréable.

Canyoning Verdon : les infos

Les Gorges du Verdon

Un site exceptionnel pour la pratique du canyoning.

Envie de vacances sportives, envie de sports d'eaux vives, alors destination les Gorges du Verdon. Canyoning, rafting, toutes ces activités sont praticables dans le Verdon.

Le canyoning, activité de nature, entre la spéléologie, la randonnée et l'escalade, se pratique dans le Verdon. En pratiquant le canyoning verdon, vous évoluez dans des cadres magnifiques au coeur des Gorges du Verdon.

Le rafting est une activité à sensations, à pratiquer dans le Verdon.

Rafting Verdon, Canyoning Verdon, direction les Gorges et le Grand Canyon.

Et maintenant, un peu d'histoire :

Pendant la période du Trias, la Provence s’affaisse et la mer la recouvre, déposant d’épaisses couches de calcaires divers.

Pendant la période Jurassique, la Provence est recouverte d’une mer chaude et peu profonde, facilitant la multiplication des coraux.

Au Crétacé, la Basse Provence se réhausse et la mer atteint l’emplacement actuel des Alpes. L’ère Tertiaire voit l’édification des Alpes. La fracture des calcaires jurassiques façonne les reliefs et les vallées. C’est à cette époque que le Verdon trace son cours.

Au Quaternaire, les glaciations transforment les cours d’eau et les lacs en redoutables fleuves de glace, qui modèlent les reliefs en taillant et striant le paysage.

À la fin de ces glaciations, les eaux des rivières continuent leur érosion et notamment, le Verdon, en creusant son lit dans les sédiments calcaires coralliens accumulés au secondaire, avec un débit d’eaux tumultueuses avoisinant 2 000 à 3 000 mètres cubes par seconde.

Le site est devenu un site naturel protégé depuis le 7 mai 1990.

• La géographie du Verdon

Le Verdon prend sa source tout près du col d'Allos, dans le massif des Trois Evêchés (2819 m). Il va se jeter dans la Durance, près de Vinon-sur-Verdon après avoir parcouru près de 175 kilomètres.

Son parcours le plus intéressant se trouve entre Castellane et le Pont du Galetas, sur le lac de Sainte-Croix.

Ce lac était il y a quelques dizaines d’années la grande plaine des Salles-sur-Verdon, avant la mise en eaux du lac artificiel créé par l’édification du barrage de Sainte-Croix. Lors de la montée des eaux en 1973, le vieux village des Salles a été évacué (de force), détruit et noyé. Son église a été dynamitée, tout comme le village, qui est reconstruit plus haut et plus moderne, au grand dam de ses habitants. C’est maintenant le plus jeune village de France.

Les Gorges du Verdon constituent sur une bonne distance, la frontière entre les départements du Var au sud et les Alpes-de-Haute-Provence au Nord, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Cette région, entre Castellane et le lac de Sainte-Croix, s’appelle les Gorges du Verdon. Elle se divise en trois parties distinctes :

⇒ les Prégorges du Verdon qui vont de Castellane à Pont de Soleils ;

⇒ les Gorges du Verdon qui vont de Pont de Soleils à l’Imbut ;

⇒ le Canyon du Verdon qui va de l’Imbut au Pont de Galetas.

Les Gorges du Verdon sont étroites et profondes : de 250 à 700 mètres de profondeur, pour 6 à 100 mètres de large au niveau de la rivière du Verdon, et 200 à 150 mètres d’un versant à l’autre au sommet des gorges.

Canyon Riolan

Le karst est une structure géomorphologique résultant de l'érosion hydro chimique et hydraulique de formations de roches carbonatées, principalement de formations calcaires. Des phénomènes d'érosion de type karstique se manifestent aussi dans des structures « pseudo karstiques ».

Les structures karstiques concernent environ le cinquième de la superficie continentale de la Terre. Les karsts présentent pour la plupart un paysage tourmenté, un réseau hydrographique essentiellement souterrain et un sous-sol creusé de nombreuses cavités : reliefs ruiniformes, pertes et résurgences de cours d'eau, grottes et gouffres… Sur les marges sud et ouest du Massif central français, les plateaux karstiques sont dénommés Causses.

L'étude du karst est la karstologie. À l'étude des cavités et réseau hydrogéologiques du karst sont notamment associées la spéléologie, la plongée souterraine et la biospéologie.

Castellane


Vous cherchez une destination ou vous pourrez vous initier ou pratiquer des sports d'eaux vives. Point central dans les Gorges du Verdon, Castellane est le lieu incontournable pour la pratique du canyoning, rafting, dans le Verdon.

Le rafting fait partie des sports d'eaux vives les plus populaires pratiqués dans le Verdon. Le canyoning est également une activité très prisée à pratiquer seul ou en groupe, accompagné d'une guide.

A la fin de votre séjour, en pensant Castellane, vous penserez : rafting Verdon, canyoning Verdon, rafting Castellane, canyoning Castellane.

Carrefour des Alpes et de la Méditerranée, Castellane est située aux portes du prestigieux Grand Canyon du Verdon. Traversé par la Route Napoléon et classé "Cité de caractère", le village, bordé de lacs, est doté d'un patrimoine naturel et culturel d'une rare richesse.

Au sein du Parc Naturel Régional du Verdon et de la Réserve Géologique de Haute Provence, Castellane vous invite à la détente et au ressourcement mais aussi au dépassement de soi et à l'envie d'aventure sur terre, dans les airs ou dans l'eau avec la pratique du canyoning, rafting, kayak, dans un environnement privilégié au climat exceptionnel !

La commune de Castellane est une cité très ancienne implantée en amont des Gorges du Verdon.

La ville est située à 724 mètres d'altitude.

Le Roc, ou Roc Notre-Dame domine la ville de ses 184 m de haut. C'est le site qu’elle occupait au Haut Moyen Âge, et un site classé.

Deux lacs de barrage se trouvent sur le territoire de Castellane :

⇒le lac de Castillon ;
⇒le lac de Chaudanne.

Deux clues se trouvent sur la commune : la clue de Taulanne, franchie par l’Asse de Blieux et la route Napoléon ; la clue de Chasteuil, franchie par le Verdon.

Le sentier de grande randonnée GR 4 traverse la commune.

Castellane et les communes limitrophes de Saint-André-les-Alpes, Saint-Julien-du-Verdon, Demandolx, La Garde, Châteauvieux, Brenon, Le Bourguet, Trigance, Rougon, Blieux et Senez.

Canyoning Verdon, rafting Verdon

Canyon Riolan

Pourquoi venir faire du canyoning avec moi ? Et bien parce que j'aime cette activité !

J'aime l'eau. Je suis moniteur guide diplômé d'état en canoë kayak et disciplines associées, en spéléologie et canyoning. BEES Canoë Kayak, DEJEPS eaux vives et BEES Spéléologie.

J'ai commencé à pratiquer le kayak à l'âge de 11 ans, l'encadrer à l'âge de 18 ans, et je continue de le faire.

Entre temps, je me suis mis à encadrer aussi le canyoning, qui permet de vous emmener dans des paysages fabuleux. Notamment lorsqu'il n'y a pas assez d'eau dans les rivières pour les parcourir en naviguant.


Karst Rider Canyoning Verdon
Guillaume Urso
Guide Indépendant

Le Carlet
04170 La Mure-Argens

Me contacter par mail

+33(0)6.80.65.20.83.